Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Guingamp : Une médaille pour leur travail sur la Grande Guerre

    L’Union des Combattants (UNC) a organisé un concours national sur le centenaire de la guerre 1914-1918. La classe de terminale STMG (Sciences et technologie du management et de la gestion) du lycée Notre-Dame de Guingamp, avec son professeur d’histoire, Hélène Bourdon, a obtenu le deuxième prix.

    Les élèves de terminale STMG du lycée Notre-Dame de Guingamp, sous la houlette d'Hélène Bourdon, leur professeur d'histoire géographe, ont participé au concours national sur le centenaire de la guerre 1914-1918, organisé par l'Union nationale des combattants.

    Leur travail, intitulé Guingamp pendant la Grande Guerre, loin du front, près du cœur, destiné à transmettre la mémoire des combattants et de cette guerre, leur a valu le deuxième prix.

    « Un produit audiovisuel de grande qualité »

    Le colonel Patrick Allix, président de l’UNC 22, retrace la genèse du projet : « Ce travail, pris sous un angle très surprenant, traite de la vie quotidienne à l’arrière du front, de la mise en place de l’économie locale de guerre », rapporte le colonel Patric Allix, président de l'UNC 22.

    Avant d'ajouter : « Il met également en valeur la place des femmes dans ce quotidien difficile. Ces recherches et cette synthèse aboutissent à créer un produit audiovisuel de grande qualité. »

    Un septième prix pour l'enseignante

    Le proviseur du lycée, Yvon Queromès, a reçu la médaille du centenaire. En présence de Philippe Le Goff, maire de Guingamp, Yannick Kerlogot, député, Bernard Hamon, maire de Ploumagoar et du sous-préfet, Frédéric Lavigne.

    Patrick Allix a remis la médaille d’honneur de l’UNC à Hélène Bourdon. C’est le septième prix obtenu par l’enseignante depuis 2010. 

    Un travail de mémoire utile

    « Je suis très de mes élèves et honorée par la présence des élus, des représentants du lycée, du représentant de l’État », confie Hélène Bourdon. « Mon travail, au-delà d’enseigner, est de transmettre avec passion, dans la bonne humeur, de faire réfléchir, de créer des liens, et ce quel que soit le résultat. »

    Le sous-préfet, quant à lui, a conclu en citant Churchill : « Un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre ». Ce qui montre l’utilité du travail de mémoire.

    Elèves Guingamp.jpg

    Hélène Bourdon au centre entourée par les élèves qu'elle a accompagnés dans le projet. | Ouest-France

  • N'abandonnons pas la Mémoire

    Le rôle des visiteurs des cimetières est essentiel pour que survive la mémoire. Leur vigilance est un outil pour freiner l’abandon des tombes de ceux qui ont permis de maintenir la liberté. L’exemple de l’Enclos des fusillés à Bruxelles est édifiant. 

    Cimetière Bruxelles_01.jpg

    En juillet 2017, un visiteur dénonce sur Facebook l’état d’abandon du cimetière qu’il qualifie de « Dépotoir Belge ». La Délégation du Souvenir Français de Belgique est alertée. Elle mobilise les autorités belges et en particulier les propriétaires du site et la RTBF (Radio-Télévision Belge Francophone). 


    Le cimetière est restauré, pelouse remise en état et arrosée, croix nettoyées et entourées de rosiers, cimetière surveillé. Une plaque du Souvenir Français va désormais accueillir les visiteurs à l’entrée. C’est l’hommage que nous devions aux Français qui furent pendus à Bruxelles par les troupes allemandes.

    Serge Barcellini, Président-Général du Souvenir Français.

    Cimetière Bruxelles_02.jpg

    A lire également : L’Enclos des Fusillés de Bruxelles. Cimetière ou terrain à l’abandon ?

    à l’adresse : https://www.objectifmag.be/lenclos-des-fusillies-de-bruxelles-cimetiere-ou-terrain-a-labandon/